Pour sa vingtième édition, le festival Africolor a concocté une compilation qui rassemble créations, artistes maison et inédits des dernières éditions du festival. De nombreux artistes seront présents tout au long du festival dans les villes de Seine-Saint-Denis, pour faire découvrir au public, la diversité de la musique africaine en France.

Née en Guinée, Sayon Bamba vit à Marseille où elle explore un répertoire de rythmes traditionnels avec des instruments des quatre coins de la France et un petit air cosmopolite typiquement marseillais. L’ensemble a une sonorité émminement moderne, chantée par une femme engagée et volontaire pour la cause féminine. Le public aura l’occasion de la découvrir le 6 décembre à l’Espace 93 de Clichy-sous-Bois dans le cadre du festival africolor.

Enfin, le groupe réunionnais Lindigo que le festival a découvert en 2006 et qui est encore programmé cette année, le 11 décembre à la Dynamo de Banlieues Bleues à Pantin, vient de terminer son nouvel album : Lafrikindmada.

Cette vingtième édition est placée sous le signe de la fidélité aux artistes complices de notre parcours. Que ce soient Nahawa Doumbia, qui dès la première édition d’africolor en 1989, ouvrait les portes de la rencontre avec la communauté malienne, Kettly Noël qui a été accueillie dès ses premiers pas hors d’Haïti ou Danyel Waro dont le parcours artistique exemplaire éclaire le festival depuis quinze ans.

Programmer les artistes émergents venus du continent africain, ceux qui enrichissent notre univers musical et notre perception du monde, est l’ambition du festival. Leur musique a tellement imprégné notre identité qu\’une nouvelle génération de musiciens s\’en est inspirée jusqu\’à lancer sa propre vision à partir de l’héxagone. Cette vingtième édition est donc la fête de toutes ces rencontres.

Avec de sacrés bémols cependant. Comment oublier qu\’il est de plus en plus difficile aujourd’hui pour un artiste du continent africain de sortir de son pays? Comment oublier que des jeunes africains continuent de se noyer pour tenter d’aborder sur les plages d’une Europe calfeutrée? Comment oublier enfin que les centres de rétention sont bondés et que les expulsions brisent des vies?

Pour leur part, les organisateurs du festival continuent d’affirmer depuis la première édition du festival que l’échange, la rencontre, le partage sont les valeurs fondamentales de leur démarche et qu\’elles restent au coeur d’Africolor.

Repères :
Africolor
21 novembre – 24 décembre 2008
Seine-Saint-Denis
ACCENT AIGU / AFRICOLOR
5, rue Arthur Groussier
75010 PARIS

+33 (0) 1 47 97 69 99
Contact