Les centres fermés, en Belgique et en Europe, sont l’expression d’une violence institutionnelle à l’égard de personnes qui n’ont pourtant commis aucun délit, si ce n’est celui de ne pas être en possession du titre de séjour requis.

Depuis le début des années 2000, l’Union européenne imprime une marque sécuritaire à la politique migratoire qu’elle met en place. Symbole de cette évolution, l’enfermement des étrangers se développe sur le territoire européen par la multiplication de camps, centres fermés et autres lieux de rétention, et l’allongement de la durée de séjour de ceux qui y sont placés…