5 millions d’immigrés environ vivent en France (soit 8,4 % de la population totale) dont 3,7 millions sont des étrangers. Chaque année environ 100 000 étrangers issus des pays tiers à l’Union européenne, souhaitant s’installer durablement en France, sont bénéficiaires du Contrat d’Accueil et d’Intégration (CAI), fondé sur le principe d’une relation contractuelle entre le migrant et l’Etat français. Leur bonne intégration contribue à la cohésion et à l’harmonie globale de la société.

La politique d’accueil et d’intégration a pour objet de faciliter l’intégration sociale et professionnelle des migrants au sein de la société française et de prévenir les discriminations dont ils pourraient faire l’objet. Elle s’organise dans le cadre d’un parcours d’intégration qui est conforté par l’obtention d’une carte de résident (10 ans) et peut se conclure par l’accès à la nationalité française.

Les publics concernés sont :

– les étrangers primo-arrivants issus de pays tiers à l’Union européenne, en situation régulière, pendant les premières années suivant leur arrivée en France ;

– les personnes immigrées confrontées à des problèmes spécifiques, telles que les femmes ou encore les personnes immigrées âgées, qui peuvent avoir besoin d’être accompagnées vers les dispositifs de droit commun.

Le pilotage et la mise en œuvre de la politique d’intégration

Pilotée par la Direction de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté (DAIC) du Secrétariat général à l’immigration et à l’intégration, la politique d’accueil et d’intégration est mise en œuvre :

– dans le cadre du Contrat d’accueil et d’intégration (CAI), par l’Office français d’immigration et d’intégration (OFII) ;

– dans son application territoriale, par les services de l’Etat, en particulier les Directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS), à travers les programmes régionaux d’intégration des populations immigrées (PRIPI).

En savoir plus sur l’appel à projet de la DAIC