« Dès les années 1930, les cafés-hôtels deviennent des lieux de vie et de mémoire. On y prend des nouvelles du « bled », on y écoute de la musique, on y cherche du travail, on y fait sa prière du vendredi. Le sentiment national va naître de l’exil. Loin de sa terre, on découvre l’entre-soi, une connivence avec d’autres exilés. »(Benjamin Stora)

Barbès Café plonge le spectateur dans l’atmosphère de ces cafés et cabarets mythiques où la musique et les récits de vies se rencontrent. A partir d’un travail mêlant comédie et images, en une dizaine de tableaux, nous suivons des années 50 à nos jours des histoires, des époques, nous revivons les évènements marquants avec pour fil d’Ariane, le parcours de ces musiciens qui ont marqué la musique arabe en France et ailleurs. Des origines, marquées par le blues de l’exil chanté dans les bars de Barbès, à aujourd’hui, où le leg des anciens est défendu par une nouvelle génération d’artistes comme faisant partie du patrimoine
musical français.

Le site du Cabaret Sauvage

Les médias parlent du spectacle

>> Ecoutez l’intervention de Naïma Yahi, co-auteure du spectacle et chargée de recherches à Génériques, dans l’émission Sans Transition, sur Radio Orient.

>> Le Monde : « Barbès Café a beau traiter d’un sujet d’importance, revenir sur la dure condition du prolétaire émigré et les « événements » d’Algérie, il est gai. »
Dans les cafés arabes, on aimait chanter

>> Slate Afrique : « Sans céder au lamento, ni aux condamnations tous azimuts, cette comédie vous donne l’occasion de chanter et de danser tout en vous suggérant un nouvel ordre du monde rêvé par les «fondateurs» discrets de la chanson de l’immigration qui faisaient venir l’Algérie en France et emmenaient la France en Algérie. »
Barbès Café chante les mémoires d’immigrés

>> El Watan : « Le spectacle (…) a tenu toutes ses promesses et l’organisation a été impeccable »
Barbès Café : Hommage aux ouvriers chanteurs

L’équipe artistique

Meziane Azaïche : conception et direction artistique
Naïma Yahi : expertise historique et co-auteur
Géraldine Benichou : mise en scène
Kamel Hamadi : conseiller artistique
Mohammed-ali Allalou : coordinateur
Aziz Smati : création vidéo
Camille Ansquer : scénographie
Mélissa Azaïche : action culturelle
Yann Lemetre Sound : designer
Annick Lebédyk : costumes

Les artistes

Nasredine Dalil : direction musicale
Samira Brahmia : chant et guitare
Annie Papin : chant et comédie
Sarah Guem : danse
Salah Gaoua : chant et percussions
Malik kerrouch : guitare
Mamoun Dehane : batterie
Amar Chaoui : percussions
Hichem Takaout : basse et chant
Hafid Djemaï : chant et guitare
Rafik Korteby : clavier

Repères
Du 1er au 24 février
Le Cabaret Sauvage
Parc de la Villette
par le 59 bd Mac Donald
Tous les soirs du mercredi au samedi
Ouverture des portes : 19h30
22 € en prévente (hors frais de location)
26 € sur place
20 € tarif réduit uniquement sur place

Contact
Presse : Samia Messaoudi – 06 09 47 08 16