Clair de lune, d’un ciel à l’autre
Itinéraire d’une Vietnamienne au gré de l’Histoire

Tran Nguyêt Anh (Clair de lune) est née en 1938 à Vinh dans le nord du Vietnam. Elle grandit en Indochine française, entre un père bouddhiste et confucéen, et une mère taoïste et chef d’entreprise. Alors que la proclamation d’Indépendance du Vietnam, prononcée par Ho Chi Minh à Hanoi en 1945, précipite le pays dans le chaos, la résistance patriote antifrançaise entraîne la toute jeune fille et sa famille sur le chemin de l’exil, fuyant la capitale lors de l’offensive du Vietminh de 1946-47. La partition du pays en 1954 les pousse à fuir une nouvelle fois, suivant le grand exode des Vietnamiens vers le Sud libre.

De nombreuses années plus tard, licenciée ès lettres françaises et professeur à Saigon, épouse d’un pharmacien et mère de trois enfants, Nguyêt Anh voit son monde s’effondrer, lorsque les communistes du Nord entrent dans Saigon. À Ho Chi Minh-Ville (ex Saigon), la famille de la jeune femme vit alors sous un régime policier tracassier et vénal, avec ses camps de « rééducation », le rationnement des vivres, la politisation de l’Éducation et la tragédie des boat people, jusqu’à leur exil en France dans les années 1980. Là, les enfants peuvent reprendre leurs études. Mais pour les parents, cette nouvelle vie est loin d’être un « long fleuve tranquille »…
Construit sur la base d’entretiens et d’échanges épistolaires entre les deux auteurs, cet ouvrage est un témoignage poignant et précis de ce que fut la vie de nombre de Vietnamiens décidés à vivre libres.

Alain Gagnieux est né en 1949 à Villemomble (Seine-Saint-Denis). Professeur au lycée Victor Hugo de Besançon de 1995 à 2008, puis chargé du service éducatif des Archives départementales du Doubs de 2003 à 2008, il est l’auteur de Planoise 1960-1990, une petite ville au sein de Besançon et de Étrangers de chez nous. L’immigration dans le Doubs et à Colombier-Fontaine (1850-1950). Il a également publié en 2011 aux éditions L’Harmattan, Chronique des jours immobiles. Les « nomades » internés à Arc-et-Senans (1941-1943).