Dans tout mouvement de migration, la communauté linguistique et culturelle d’origine et le degré de conscience identitaire de ses membres sont des éléments-clés pour comprendre les actions menées dans le pays d’accueil. Le colloque organisé par l’équipe de recherche « Traverses-études catalanes » entend contribuer à l’étude des diverses projections de l’Espagne en France et des processus de construction nationale respectifs : dans quelle mesure –et dans quel but– la diversité identitaire d’un pays peut-elle s’exprimer au-delà de ses frontières ?

Comment l’expérience en dehors du territoire naturel peut-elle renforcer ou affaiblir le sentiment identitaire et favoriser ou empêcher les passerelles entre les différentes identités ? Si les migrations ne sont pas spécifiquement catalanes, basques, galiciennes ou castillanes, le fait de se retrouver en terre étrangère place théoriquement au même niveau les différentes communautés, ce qui pourrait supposer à priori une intensification des revendications identitaires en leur sein. Or, la condition d’expatrié peut aussi devenir un élément unificateur des différentes identités culturelles, entre autres parce qu’elles partagent, parfois, certains projets politiques ou idéologiques…

Sommaire :

Vendredi 21 novembre (9h30-17h30)
MATIN
Ouverture
Trajectoires identitaires. Du tournant du XXe siècle à l’exil de 1939

• Vicent Sanz(Universitat Jaume I) : «El exilio del General. La adscripción política de Ramón Cabrera entre 1850 y 1877»

• Pere Gabriel(Universitat Autònoma de Barcelona) : «Republicanos, anarquistas y socialistas ante la Nación: las patrias de los exiliados españoles en el cambio de siglo»

• Montserrat Prudon (Université Paris 8), « Le jour d’après : quelle identité ?»

• Maria Llombart Huesca (Université Paris 8), «Identidad nacional y políticas culturales en el exilio catalán (1939-1960) »

APRES-MIDI
• Mercedes Yusta (Université de Cergy), «Identidades múltiples del exilio femenino: La Unión de Mujeres Españolas en Francia»

• Ludger Mees (Universidad del País Vasco- Euskal Herriko Unibertsitatea), « ¿Democracia española o nación vasca? Debates identitarios y luchas políticas en el exilio de los nacionalistas vascos, 1939-1960 »

• Santiago de Pablo (Universidad del País Vasco- Euskal Herriko Unibertsitatea), « La identidad nacionalista vasca en Francia: Sociabilidad e imaginario simbólico en el exilio de 1939 »

• Xosé Manoel Nuñez Seixas (Universidade de Santiago de Compostela), « ¿La otra Galicia ideal? Sobre el exilio gallego en Francia (1939-1960) »

Samedi 22 novembre (9h30-17h30)
MATIN
Au long cours…
• Ignacio Peiro (Universidad de Zaragoza) : «Viajar a Francia: cultura nacional e historia de la civilización española (1850-1936) »

• Natacha Lillo (Université Paris 7) «Malgré des dates, des provenances et des raisons d’arrivée différentes, la prégnance du facteur “espagnol” dans les colonies de Saint- Denis et des environs (1914-2007) »

• Phryné Pigenet (Centre d’histoire de l’Europe du vingtième siècle (CHEVS), Science Po) « L’identité catalane est-elle totalement soluble dans les valeurs de la République Française?» (XXème siècle)

APRES-MIDI
Migrations / migrants d’aujourd’hui
• Bruno Tur (Université Paris X), « Les descendants des immigrés espagnols en France et le choix de la nationalité »

• Maria José Fernández Vicente (Université Marne-la-Vallée), « Identidades colectivas en la prensa para emigrantes: el ejemplo de Carta de España»

• Fatima Rodríguez (Université de Toulouse) – Ramon Chao (journaliste et écrivain), « incidences – dissidences: penser l’identité de l’extérieur»

• Géraldine Galeote (Université Paris 8), « Les vecteurs de l’identité basque dans la diaspora»

Repères :
21-22 novembre 2008
Colegio de España CIUP
7E boulevard Jourdan
75014 PARIS
RER B – Cité Universitaire

Contact