Le 17 octobre 1961, plusieurs dizaines de milliers d’Algériens ont manifesté pacifiquement dans Paris contre le couvre-feu discriminatoire imposé par le préfet de police Maurice Papon. Il avait été décidé lors d’un conseil interministériel convoqué le 5 octobre par le premier ministre Michel Debré qui venait d’apprendre la reprise des négociations d’Evian et était en désaccord avec les concessions que le président de la République, le général de Gaulle, était résolu à faire sur la question du Sahara en vue de l’indépendance de l’Algérie.

Cette manifestation d’hommes et de femmes désarmés protestait aussi contre les agressions qui s’étaient multipliées depuis deux mois par les « équipes spéciales » organisées, hors de toute légalité, par Maurice Papon. Après que le premier ministre eut obtenu le départ, en mai 1961, du ministre de l’intérieur Pierre Chatenet, puis, fin août, du Garde des sceaux Edmond Michelet, opposé à cette répression extrajudiciaire contre l’immigration algérienne qui soutenait massivement la Fédération de France du FLN.

Ce jour-là et les jours qui suivirent, des milliers de manifestants furent arrêtés, victimes d’extrêmes violences. Il y eut plus d’une centaine de morts et des milliers de refoulements arbitraires vers l’Algérie.

Que peut-on dire aujourd’hui de la connaissance de ces événements qui furent l’objet, pendant longtemps, de dissimulation et de dénis ?

Cinquante ans après, la France ne doit-elle pas reconnaître la responsabilité de l’Etat dans ce drame ?

Programme

* 13h00 – Accueil des participants.

* 13h30 – Ouverture du colloque par Mehdi Lallaoui, président de l’association Au nom de la mémoire, suivie de la projection de la préface filmée, À propos d’Octobre, qu’il a réalisée en 2011 pour la sortie en salles du film Octobre à Paris de Jacques Panijel (1962) qui intervient le 19/10/2011 cinquante ans plus tard, et d’extraits de ce film.
Présentation par Yasmina Adi de son film Ici on noie les Algériens, 17 octobre 1961 qui sort en salles le 19/10/2011 et projection d’extraits.

* 14h30 – Emmanuel Blanchard : Octobre 1961 et la police des Algériens en région parisienne, des années 1920 à aujourd’hui : entre principes républicains et pratiques coloniales.

* 15h00 – Gilles Manceron : La mémoire de l’événement, comment a-t-il été possible ? (avec la projection d’extraits des films de Daniel Kupferstein, Dissimulation d’un massacre, 17 octobre 1961 et Mourir à Charonne, pourquoi ?).

* 15h30 – Table ronde animée par Samia Messaoudi.
Quoi de neuf dans la connaissance des événements ? Que faut-il aujourd’hui ? Avec Jean-Luc Einaudi, Mohammed Harbi, Jim House, Neil MacMaster, Hassan Remaoun et Alain Ruscio.

* 16h10 – Débat.

* 16h45 – Conclusion, par Pierre Tartakowsky, président de la Ligue des droits de l’Homme.

* 17h00 – Fin des travaux.

Repères
Colloque « Le 17 octobre 1961 : 50 ans après, la nécessaire reconnaissance »
Samedi 15 octobre de 13h à 17h
Assemblée nationale (salle Victor Hugo)
101 rue de l’Université
75007 Paris

Inscription obligatoire à : communication@ldh-france.org