La Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, plus communément qualifiée de « Marche des Beurs », marque les débuts de l’accès des jeunes héritiers de l’immigration postcoloniale à l’espace public. Trois décennies plus tard un constat d’essoufflement et d’échec se fait ressentir à travers un maintien de la précarisation sociale et de l’exclusion des jeunes de banlieue. Cette faillite apparente du projet de la Marche ne doit pas faire oublier les transformations qu’elle a provoquées dans la société française et comment elle a enrichi l’espace public d’une dimension multiethnique et multiculturelle. L’affirmation publique des générations héritières de l’immigration ne s’expose pas seulement sur la scène médiatique mais aussi à travers des formes plus communes de présence dans la ville ou de manifestations de rue, culturelles ou sportives qui ne relèvent pas de logiques militantes mais qui participent néanmoins de la visibilité d’une France de la diversité.

Ce sont ces questions liées à l’héritage de la marche entre mémoire, histoire contemporaine et actualité qui seront celles des différents intervenants des journées organisées par l’Université de Lorraine autour de quatre axes principaux qui mobilisent l’ensemble des disciplines des sciences humaines :

– Participation sociale, action culturelle contestataire et dimension socioculturelle
– Culture beur et nouvelles formes publiques d’affirmation culturelle ou identitaire
– Itinéraires d’engagement et acteurs de la diversité
– Diversité culturelle et société de l’information

Louisa Zanoun, responsable du pôle scientifique et culturel à Génériques, interviendra le mardi après-mid sur « La presse associative et la Marche pour l’égalité et contre le racisme : l’exemple de Sans Frontière ».

>> Télécharger le programme du colloque

Repères
Les 12 et 13 novembre 2013
Amphithéâtre Pilâtre, UFR SHA, Site du Saulcy, Metz, le 12/11/2013 le matin
Grand Salon de l’hôtel de ville, Metz, le 12/11/2013 après-midi et le 13/11/213 toute la journée