L’accueil des réfugiés correspond à un domaine d’action considérable de La Cimade dont les archives se font largement l’écho. Des événements-clés structurent la période considérée. Ils nous ont amené à organiser nos sessions sur une base chrono-thématique : parmi eux, la guerre bien sûr, la bipolarisation de l’Europe, la mise en vigueur en France de la Convention de 1951 sur le statut des réfugiés ou l’arrêt de la politique d’immigration en 1974.

Par ailleurs, trois axes de questionnements transversaux sont appliqués aux différentes sessions. Le premier axe s’articule autour de l’identité de La Cimade et de l’approche de la question de l’asile dans la définition de ses missions et modes d’intervention entre 1939 et 1994 : modalités d’une mission définie en termes de «solidarité active avec ceux qui souffrent, qui sont opprimés et exploités» et de défense des droits fondamentaux; construction d’une «figure» du réfugié dans les discours et pratiques.

Un second axe s\’intéresse aux modalités propres d’intervention qui ont correspondu aux différentes vagues de réfugiés au cours des cinquante dernières années en articulation avec la politique de l’asile pratiquée par le gouvernement français et ses inflexions majeures.

Un dernier axe est consacré à la «diplomatie» et aux réseaux de La Cimade qui interagissent dans la nature et l’évolution du répertoire d’actions mais également dans l’identité de la structure, notamment sous l’influence de la gestion des prérogatives publiques et de l’expertise (subventions
et contrats).

Repères :
Colloque – La Cimade et les réfugiés
9 octobre 2010
Cité national de l’histoire de l’immigration (CNHI)
293, avenue Daumesnil
75012 PARIS

+33 (0) 1 53 59 58 60
Contact
Programme
Site web