À partir de l’entre-deux-guerres, et surtout après la Deuxième guerre mondiale, les musiciens de jazz américains viennent nombreux en France. Si certains ne restent que le temps d’un concert, d’autres séjournent plusieurs mois, plusieurs années, voire s’installent définitivement dans l’Hexagone, à l’image de Sidney Bechet ou de Kenny Clarke. Leurs itinéraires illustrent l’intérêt de l’étude d’une population souvent négligée par les historiens des migrations : celle des artistes, population très mouvante, numériquement peu nombreuse et parfois difficile à suivre dans ses pérégrinations. Immigrés d’une catégorie un peu particulière, les musiciens de jazz ont largement contribué à l’implantation du jazz en France, et, par là, apporté leur pierre à l’évolution du paysage artistique hexagonal au XXe siècle.

Conférence de Ludovic Tournès, professeur d’histoire des relations internationales, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense ; animée par Marie-Claude Blanc-Chaléard, professeur d’histoire sociale, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Repères :
Conférence – Politiques européennes et pratiques des migrants : le grand décalage
Jeudi 16 décembre 2010
Atelier 4
Cité nationale de l’histoire de l’immigration
293, avenue Daumesnil
75012 PARIS

+33 (0) 1 53 59 58 60
Contact
Site web