À l’heure où le débat public tend à stigmatiser, en France et dans d’autres pays européens, une catégorie de population précaire et construite dans l’urgence, les Roms, il apparaît nécessaire d’interroger les politiques migratoires actuelles en Europe.
Sur le plan économique, la présence des sans-papiers ne reflète pas une pression migratoire externe qui pourrait s’assimiler aux migrations de la misère, mais plutôt l’internationalisation d’un marché du travail faiblement rémunéré et segmenté.
Sur le plan politique, il est courant d’affirmer que l’harmonisation des politiques migratoires dans le cadre de l’espace Schengen remet en cause la souveraineté des Etats sur la question sensible des entrées. Or, ces politiques communes apparaissent plutôt comme la somme de frilosités nationales.
Cette conférence abordera les paradoxes de l’européanisation des politiques migratoires aux échelles communautaire et nationale, en confrontant les logiques sécuritaires aux pratiques des migrants, dont l’espace de vie et les « savoir-circuler » sont devenus plus complexes. Ainsi, la dimension culturelle, qui semble l’emporter dans certains débats, doit-elle être explicitée et éclairée par des jeux de pouvoir qui demeurent essentiellement économiques.

Repères :
Conférence – Politiques européennes et pratiques des migrants : le grand décalage
Jeudi 21 octobre 2010
Cité nationale de l’histoire de l’immigration
293, avenue Daumesnil
75012 PARIS

+33 (0) 1 53 59 58 60
Contact
Site web