« J’ai aimé la France le jour où ma préceptrice arménienne a commencé à m’apprendre les premiers mots d’une langue, le français, dont la musicalité allait me marquer à jamais. La France, hélas, n’est plus le pays de l’art et de la musique, ni celui de la liberté, de l’égalité, de la fraternité et des droits de l’homme. Quelle tristesse que ces valeurs ne soient plus bonnes qu’à être gravées sur le fronton des mairies !

Ce livre passe en revue les récentes vicissitudes d’un pays empêtré dans un néonationalisme aux relents vichystes, qui a remis au goût du jour des mythologies éculées faute de projets d’avenir porteurs. La France y est regardée avec les yeux d’une ancienne immigrée, qui a rêvé d’elle et qui a par ailleurs beaucoup reçu d’elle, même si le prix payé n’a pas été des moindres.

Ce n’est pourtant pas là un texte d’émotion, mais de raison. C’est aussi parce que je suis profondément attachée à ce pays que je déplore qu’il ait pris un mauvais virage.

J’aurais tant souhaité qu’il éveille encore de l’espoir chez tous les Français sans exception ; chez les enfants d’immigrés qui y font leur trou, mal, mais quand même ; chez les étrangers en quête d’une vie meilleure.

Dans notre pays, on ne change les choses que par des révolutions. Et le peuple français n’a pas tout à fait perdu leur mémoire. La nouvelle révolution sera-t-elle celle d’une France qui nous ressemble, à nous tous, citoyens ou résidents du métissage ? Enfin tous français, sans distinction à l’ancienneté ou à l’origine… Utopique, n’est-ce pas ? » Esther Benbassa