Dès sa préfiguration, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration s’est penchée sur la relation entre immigration et colonisation, au travers d’un colloque puis de la première exposition temporaire présentée à la Cité en 2008. Comme dans la majorité des anciens pays colonisateurs, la « situation postcoloniale » interpelle les chercheurs et le passé colonial ressurgit au détour des commémorations, qu’il s’agisse de celles des indépendances ou bien de celles des outre-mer.

Les deux jours de débats auxquels vous convie la revue Hommes & Migrations sont l’occasion de faire un état des lieux critique de ces questions. C’est une étape avant l’exposition temporaire qui sera proposée par la Cité nationale de l’histoire de l’immigration en 2012 à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance algérienne et avant un projet plus ambitieux encore sur l’Afrique et l’Europe en 2013.

Vendredi 20 mai 2011 de 14h00 à 17h30 – Les enjeux sociaux et les dimensions politiques d’une situation postcoloniale en France

Table-ronde animée par Marie Poinsot, rédactrice-en-chef de la revue Hommes et Migrations

Le débat sur le postcolonialisme agite la société française depuis plus d’une décennie en relation avec les représentations sociales et politiques qui stigmatisent des populations d’origine étrangère, et s’infiltrent dans les discours portés par les médias et les politiques sur les banlieues et les émeutes urbaines. La France connaît-elle une situation post-coloniale comme d’autres anciennes puissances coloniales ? Quelles en sont les particularités ? Cette table ronde invite à en discuter avec certains auteurs du dossier de la Revue et d’autres spécialistes des sciences sociales.

Avec Laurent Béru, chercheur au laboratoire Communication, Information, Médias de l’Université Paris 3, Vincent Geisser, sociologue et politologue, chercheur à l’IREMAM/CNRS et enseignant à l’IEP d’Aix-en-Provence, Michel Kokoreff, sociologue et professeur à l’Université Nancy 2, Pierre Tevanian, professeur de philosophie, Thomas Sauvadet, sociologue, chercheur associé au laboratoire du CESAMES, Université René-Descartes, EHESS, INSERM, et Sylvie Thénault, chargée de recherche au Centre d’histoire sociale du XXe siècle (CNRS-Université Paris 1).

Samedi 21 mai 2011 de 15h à 19h00 – Écriture d’exil ou écriture diasporique ?

Table ronde animée par Esther Benbassa, directrice d’études à l’EPHE (Sorbonne) et directrice du Centre Alberto-Benveniste, et Ewa Maczka, doctorante au Centre Alberto-Benveniste – EPHE (Sorbonne).

La littérature en langue française écrite par d’anciens colonisés ou par leurs descendants renvoie souvent à la mémoire des migrations. Le thème de l’exil et le repositionnement diasporique y sont particulièrement présents. Ces œuvres participent non seulement d’un renouveau de la culture française, mais aussi de la volonté, pour nombre de leurs auteurs, de faire de la littérature un lieu privilégié d’expression des mémoires enfouies et retrouvées.

Avec les écrivains Ahmed Djouder, Colette Fellous, Alain Foix, Tassadit Imache, Paula Jacques, Mabrouck Rachedi.

Des textes choisis par les auteurs présents seront lus par Pedro Vianna, rédacteur en chef de la revue Migrations et Société, pour rythmer cette table ronde littéraire.

Conclusion par Jean-Christophe Attias, directeur d’études à l’EPHE (Sorbonne) et cofondateur, avec Esther Benbassa, du Pari(s) du Vivre-Ensemble.

Un concert privé avec la chanteuse Bams réservé aux participants de ce rendez-vous conclura cette rencontre.

Plus d’informations sur le site de la revue Hommes & migrations

Repères
La France en situation postcoloniale ?
Les 20 et 21 ma
Palais de la Porte Dorée – Auditorium
293 avenue Daumesnil
75012 Paris
M° Porte Dorée (ligne 8 direction Créteil)
Entrée libre- réservation conseillée : hetm@histoire-immigration.fr