L’implication des femmes dans la médiation sociale et le développement du mouvement associatif féminin, indiquent l’évolution des rôles des femmes migrantes venues dans le cadre du regroupement familial. Malgré ces avancées, de nombreuses femmes d’origine subsahariennes rencontrent encore des obstacles dans leurs parcours d’insertion sociale et économique.

En effet, force est de constater que le nombre de personnes de plus en plus éloignées de l’emploi et/ou précarisé, ne cesse d’augmenter. Les raisons de cette situation sont multiples : des préjugés et des représentations négatives sur les femmes, des dispositifs d’appui et d’accompagnements inadaptés, une perte de confiance des femmes voire de l’estime en soi. Parallèlement aux dispositifs des Etats, les associations développent des approches, des activités afin d’aider ces personnes en situation précaire à surmonter les obstacles sociaux, techniques, psychologiques, institutionnels, culturels dans leur parcours d’insertion économique et sociale.

De fait, les associations constituent un lieu ressource, de développement de compétences et de promotion pour les femmes. Espace de dialogue, d’apprentissage et vecteur de citoyenneté, les associations sont des leviers essentiels aux processus d’inclusion des femmes. Elles représentent un espace transitionnel dans lequel les compétences et connaissances peuvent être valorisées, approfondies, actualisées afin de favoriser l’intégration. Elles permettent aux femmes de prendre des initiatives, sociales, culturelles, économiques, politiques, qui les positionnent dans un parcours d’insertion et contribuent à un meilleur accès aux droits et à l’espace public. Le mouvement associatif des femmes subsahariennes constitue un vecteur de changement social au sein de la famille, d’ouverture sociale, de maîtrise des codes de la société d’accueil, de solidarités et de participation citoyenne.

Fort de son expérience de dix années d’accompagnement et d’orientation auprès des associations de femmes, notamment dans le cadre de son programme de valorisation des initiatives féminines, le GRDR souhaite faire valoir la diversité des initiatives en matière de parentalité, de gestion du changement, d’inter culturalité, de lutte contre la délinquance ou encore des problématiques de santé, réalisées avec l’ensemble de leurs partenaires. A cet effet, l’insertion socio économique des femmes, le lien social et familial ainsi que la relation de genre, constitueront des axes phares des débats.

A cette occasion, deux expositions seront présentées : « Parcours – Femmes africaines en France » de Danièle Taulin Hommel et « La Diversité : une richesse inépuisable » du GRDR Haute Normandie.

Consultez le programme complet de le journée

Repères
Rôle et place des associations de femmes issues des migrations
19 novembre de 13h30 à 18h30
Cité des Métiers
Cité des sciences et de l’industrie
30, avenue Corentin‐Cariou
75019 Paris
M°: Porte de la Villette (ligne 7)
Bus: 139, 150, 152, PC