L’Afrance, c\’est cette contraction entre L’Afrique et La France , c\’est ce territoire qui n’existe pas, ce monde mental mélange de souvenirs et d’espérances, ces bouts d’Afrique reconstitués en France. C\’est ce tout et ce rien dans lequel vit El Hadj, le personnage principal, au début du film. Ce trait d’union dans lequel le temps et l’espace n’existent pas, est un monde où tout est possible, où tout est rêvé, où le pays natal vit dans la mémoire et dans les projets, tuant le véritable présent, et dilatant les frontières.

Andalucia raconte l’histoire de Yacine. Le jeune homme est un personnage solaire. si c\’est un angoissé, il n’en a pas l’aspect. Au contraire son angoisse nourrit un enthousiasme et une rêverie hors du commun ; un espoir enfantin guidé par l’énergie de l’enthousiasme et de la nécessité. S\’échapper du  » je « , monter, transcender toutes choses, chaque pièce de son identité, tourner comme un derviche vers la transe.

Yacine cherche la route vers la grâce. Yacine n’est pas très sérieux. Andalucía est aussi une fantaisie qui doit rester légère et si possible agréable. « Je voudrais Andalucía dans un rythme soutenu comme une chanson tzigane, un chant soufi, une danse de derviches, une polyphonie ; de ces choses qui tournent et nous emmènent. Andalucía est aussi une invitation au rêve, à la féerie d’abord comme échappatoire mais aussi comme but existentiel, une sorte de volonté du monde tel qu\’il pourrait être : dans une unique volonté lyrique, une aspiration vers les étoiles, détaché de la carcasse et inscrite dans la chair », nous confie le réalisateur Alain Gomis.

Voir la bande-annonce de L’Afrance
Voir la bande-annonce d’Andalucia

Repères :
Espace 1789
2/4 rue Alexandre-Bachelet
93400 Saint-Ouen
M° Garibaldi
Tarif (2 films) : 9,00 €/7,00 €(adhérents et moins de 30 ans)
Mercredi 26 mars
l’Afrance
2002 – 1h30
Projection : 19h
Andalucia
2008 – 1h25
Projection : 21h

+33 (0)1 40 11 50 23
Site web