Programme de la journée :

11H00 RENCONTRE « NOS HISTOIRES D’ALGÉRIE »
50 ans après l’indépendance du pays, quatre témoins de la guerre d’Algérie confrontent leurs histoires personnelles à l’Histoire de la colonisation et de la décolonisation algérienne.

Avec Jean-Pierre Elkabbach (journaliste), Benjamin Stora (historien), Louis Gardel (écrivain) et Nourredine Saadi (écrivain). Débat animé par Tewfik Hakem

12H30 DÉBAT « LES ENFANTS DU SILENCE »
Comment en France et en Algérie l’histoire de la guerre fut transmise – ou pas – aux générations suivantes.

Avec Salim Bachi (écrivain), Brigitte Benkemoun (écrivain), Florence Dosse (essayiste) et Safinez Bousbia (réalisatrice). Débat animé par Kader Abderrahim

14H SHOWCASE D’AMAZIGH KATEB ET MALYA SAADI

Amazigh Kateb est la voix porteuse du groupe grenoblois Gnawa Diffusion. Chanteur et musicien, fils du grand écrivain algérien Kateb Yacine, il met pour sa carrière un point d’honneur à politiser ses textes.

Malya Saadi est une jeune chanteuse d’origine algérienne, fille de H\’ssicen Saadi, grand auteur compositeur et interprète de Chaâbi, Elle arrive avec un premier album intitulé « Ya Bhar », une véritable mosaïque musicale et un attachement certain au patrimoine populaire. On y trouve des sonorités latino et reggae, des influences oranaises, Gnawa ou encore chaâbi.

14H30 DÉBAT « ALGERIE : PASSÉ ET PRÉSENT EN BANDE DESSINÉE »
L’Algérie est un des rares pays arabes à éditer de la bande dessinée. Aujourd’hui, de part et d’autre de la Méditerranée, les auteurs de BD traitent de la période de la décolonisation. Le débat sera animé par Tewfik Hakem et suivi d’une séance de dédicaces des auteurs de 15h15 à 16h.

Avec Azouz Begag, Désirée et Alain Frappier, Morvandiau, Laurent Maffre (auteurs BD), Slim et Red (dessinateurs algériens) et Dalila Nadjem (éditrice et directrice du Festival International de la bande dessinée d’Alger).

16H PROJECTION-DÉBAT « NAISSANCE D’UN CINÉMA INTIMISTE »
Trois courts-métrages : « Alger moins que zéro » de Lamine Ammar-Khodja, « Le quotidien des automates » de Rani Raoui et « Mollement un samedi matin » de Sofia Djama, Prix de la meilleure première oeuvre de fiction au Festival de Clermont-Ferrand 2012.

La projection sera suivie d’un débat sur les évolutions du cinéma algérien qui, après des années de collectivisme, a vu naître de jeunes metteurs en scène algériens qui représentent des histoires singulières en dehors des circuits étatiques.

En présence de Sofia Djama, Lamine Ammar-Khodja, Malek Bensmaïl et Nadir Mokneche.

Animé par Frank Dalmat (producteur de l’émission Ciné Cash à Beur FM).

18H SHOWCASE DE CHEIKH SIDI BEMOL

Inventeur du « Gourbi Rock », Cheikh Sidi Bemol est l’un des artistes algériens les plus populaires de sa génération. Artiste en perpétuelle fusion entre tradition et modernité, il tisse depuis plus de 15 ans de nouvelles nappes musicales originales. Ses textes ne sont jamais anodins, tour à tour poétiques, nostalgiques, critiques, humoristiques et tendres à la fois.

Trois expositions

Du 7 mars au 30 avril à la Galerie Photo de la Fnac Forum des Halles

« DEMAIN, DEMAIN. NANTERRE, BIDONVILLE DE LA FOLIE / 1962-1966 »
D’après les planches du roman graphique homonyme de Laurent Maffre (une coédition ARTE Editions/ ACTES SUD BD) et les photographies inédites du bidonville de la Folie prises par Monique Hervo, militante et témoin de l’époque qui retrace le quotidien et les conditions de vie des familles algériennes à travers leurs espoirs et désillusions.

« TOUT VA BIEN » DE SLIM
Slim n’est pas seulement le dessinateur de presse le plus populaire d’Algérie ou le créateur des premiers héros de la bande dessinée algérienne. Il a exercé ses talents sur des supports variés, des affiches de films, des publicités, des logos et même des dessins animés. Il continue de se moquer des paradoxes de la vie algérienne d’aujourd’hui dans les chroniques « Tout Va Bien » publiées par le quotidien francophone Le Soir d’Algérie et exposées dans la Galerie Photo de la Fnac Forum des Halles.

« LA LIGNE CLAIRE D’ALGER », par Red One
Fortement influencé par la bande dessinée franco-belge des années 50, celle de Franquin en particulier, Red joue avec les codes de la ligne claire pour représenter les soubresauts de l’Algérie post-indépendante.

Repères
Les 50 ans de l’indépendance de l’Algérie
Samedi 10 mars de 11h à 18h30
FNAC Forum des Halles – Espace de rencontres (Niveau-1 de la galerie commerciale)
1/7 rue Pierre Lescot
75001 Paris