Majoritairement originaires d’Irak, les artistes réunis dans l’exposition Bagdad Mon Amour cherchent à surmonter les pillages et les destructions des musées et des sites archéologiques, de Bagdad à Mossoul. Ces phénomènes, déjà présents sous Saddam Hussein, ont été systématisés depuis les années 2000 suite à la deuxième guerre du Golfe menée par les Etats-Unis et leurs alliés, et plus récemment avec les massacres culturels perpétrés par le groupe terroriste Etat Islamique.

Tout au long de l’exposition, de nombreux événements mettent à l’honneur l’Irak de l’antiquité à nos jours : elle invite à écouter « L’Épopée de Gilgamesh », l’un des plus anciens récits du monde, à danser avec le quartet Radio Bagdad sur des sonorités à la croisée de l’orient et de l’occident, et de laisser le visiteur s’émouvoir par l’idylle de Salima Mourad et Nazem El Ghazali, grands chanteurs irakiens du début du XXe siècle ou de participer à de nombreuses conférences.

>> En savoir plus sur l’exposition

Informations pratiques
Du jeudi 29 mars au dimanche 29 juillet 2018
Institut des cultures d’Islam Goutte d’Or
56, rue Stephenson 75018 Paris
Entrée gratuite