À travers de nombreux éléments, dont des récits et des photographies, cette exposition interroge sur la notion de frontière. En effet, la construction de la muraille de Chine ou du mur d’Hadrien montre que l’Homme s’est très tôt préoccupé de définir et de délimiter son territoire. L’exposition effectue un retour historique sur les évolutions contemporaines des frontières dont certaines ont disparu alors que d’autres se sont renforcées ou renouvelées. À l’heure de la mondialisation, « Frontières » s’intéresse aux rôles et aux enjeux actuels de ces limites.

La partie « Les murs-frontières dans le monde » traite des tensions frontalières entre différents territoires comme les États-Unis et le Mexique, Israël et la Cisjordanie, les deux Corées ou encore l’Inde et le Bangladesh. Ces frontières physiques, car matérielles, visent à instaurer une limite imperméable, reflète les rapports à l’oeuvre de chaque côté de celle-ci.

« Frontières » revient aussi sur l’histoire mouvementée de l’Europe et de ses frontières au XXe et XXIe siècles. Après de nombreux conflits, la chute du mur de Berlin et du Rideau de fer, l’espace Schengen qui permet la libre circulation des biens et des personnes a été instauré en Europe. Cette liberté de mouvement, dont jouissent les Européens, questionne sur le décalage de la frontière vers l’extérieur.

Enfin, la dernière partie de l’exposition interroge sur les expériences de la traversée (par terre ou mer) des frontières. La France qui possède 35 frontières avec d’autres États a de nombreuses portes d’entrées sur son territoire métropolitain et ultramarin ce qui en fait un pays d’accueil et de transit.

>> Retrouvez plus d’informations sur l’exposition « Frontières »

Informations pratiques
Jusqu’au 29 mai 2016
Du mardi au vendredi, de 10h00 à 17h30.
Samedi et le dimanche, de 10h00 à 19h00
293 avenue Daumesnil 75012 Paris
Exposition : 6 € ; Spectacle : 12 € – 9 € ; Atelier : 6 € ; Visite guidée : 10€