À travers de nombreux éléments d’archives, notamment des photographies et des illustrations, l’exposition « On l’appelait Chocolat. Sur les traces d’un artiste sans nom » revient sur le parcours de Rafael Padilla. Ce dernier, esclave cubain vendu à un marchand espagnol, arrive à Paris en 1886 comme domestique d’un clown anglais. Il devient très vite mime et danseur révolutionnant ainsi l’art clownesque avec son acolyte George Foottit. Tombé dans l’oubli, il meurt à Bordeaux en 1917.

Cette exposition qui se tiendra à la Maison des Métallos, dans le 11e arrondissement de Paris, est la suite d’un long travail. Depuis 2009, le collectif DAJA traitait l’histoire de cet homme par l’itinérance d’un spectacle en France. Parallèlement à la sortie du film Chocolat de Roschdy Zem, l’exposition « On l’appelait Chocolat. Sur les traces d’un artiste sans nom » rend hommage à Rafael Padilla et met en lumière la question des discriminations et du combat pour la dignité.

Une riche programmation culturelle est proposée autour de cette exposition avec des débats-rencontres ou encore une pièce de théâtre. Le 6 février, le film-entretien de Thomas Lacoste avec Gérard Noiriel, historien, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), commissaire de l’exposition et conseiller sur le film Chocolat sera projeté à la Maison des Métallos.

>> Découvrez la présentation de l’exposition « On l’appelait Chocolat. Sur les traces d’un artiste sans nom »

Informations pratiques
Du 3 au 28 février
Du mardi au samedi de 14h à 20h
Les dimanches de 14h à 19h
Nocturnes les 4, 5 et 11 février de 14h à 22h.
Maison des Métallos
94 rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
Entrée libre