Fidèle à sa démarche de mise en scène de ses œuvres dans un espace donné, l’artiste amène le visiteur à parcourir son univers sous la forme d’un lieu traversé par une gigantesque toile d’araignée. Cet animal, symbole de sagesse, de patience et de liberté dans la culture bamiléké du Cameroun, permet de percevoir une dimension plus universelle de la vie et de porter un regard critique sur notre société, sans hésiter à prendre plaisir à célébrer la beauté des formes.

Dès 2004, au travers de sa série d’œuvres « Head Above Water », Barthélémy Toguo, a donné la parole aux habitants de la ville de Cacak en Serbie et de Pristina au Kosovo afin qu’ils parlent de leurs rêves et de leurs espoirs.

En 2011, il s’est rendu à Tunis, puis au Caire, en Egypte, place Tahrir pendant les révolutions arabes. A nouveau il a donné la parole aux habitants et le résultat de ce travail est présenté dans une installation sonore avec un montage de photographies qui donne l’impression d’être présent sur les lieux.

La vie est au cœur du travail de Barthélémy Toguo comme dans « Judith facing Holophern » ou « The Giving Person at the Holy Ghost Place », ensemble de peintures sur porcelaine réalisées sur les vases du designer Pierre Charpin en automne 2010, lors de sa résidence à la Manufacture nationale de Sèvres.

Cette vie n’est pas sans embûche ainsi dans « In The Mirror », archétype d’une maison-cabane en métal traversée par deux plaques de verre peintes où l’Homme, vaincu par l’animal, tente de se ressaisir sur une Terre polluée par lui-même.

Le parcours de l’exposition est ponctué d’œuvres multiformes qui mettent le visiteur face à son destin : « Devil’s Head », « Little Dreamer », « Purifications », « Ghost Tonight », « Torture in Guantanamo », « Time After Time », « Beyond The Sea »… Bathélémy Toguo lance un appel aux générations futures afin qu’elles sachent saisir leur destin, comme dans « Fantastic Voyage » gigantesque peinture de 1,23 x 20 m dans laquelle l’artiste sublime son univers de peintre en rejoignant les traditions de la dynastie des rois d’Abomey qui avaient su lutter contre l’impérialisme occidental. « Talking To The Moon » est une véritable leçon de vie.

(Source : site du Musée d’art moderne de Saint-Etienne Métropole)

>> Plus d’informations sur le site du Musée d’art moderne de Saint-Etienne

Repères
Talking To The Moon
Du 23 février 2013 au 26 mai 2013
Musée d’Art moderne de Saint-Etienne
La Terrasse
42000 Saint-Etienne