Suite aux événements de mai 68 de nouvelles formes d’expression culturelle naissent pour s’éloigner de la culture officielle, on parle alors de « contre-cultures ».

Le langage artistique devient ainsi un espace d’expression de la vague contestataire : cinéma et théâtre militants, rock alternatif, happening, graffiti et peinture sont parmi les médias privilégiés par les jeunes pour dénoncer le peu de place qu’ils occupent dans la société. À côté d’eux, d’autres « minorités », essayent de lever leurs voix contre les discriminations subies : femmes et immigrés notamment.

Les immigrés et les jeunes « issus de l’immigration » essayent ainsi d’investir l’espace public à travers différentes formes d’expression artistique et culturelle pour affirmer leur « existence » dans la société française, mais aussi pour dénoncer le racisme et les discriminations.

L’exposition virtuelle « Cultures et contre-cultures de l’immigration. 1970-1980-1990 » se propose de montrer les différentes formes d’engagement culturel des immigrés revendiquant leur place dans la société française.

À travers des documents d’archives, des entretiens audiovisuels, des documents sonores, des photographies, des journaux, des bande-dessinées, l’histoire de deux générations se dessine : celles des immigrés économiques de l’après-guerre et celle de leurs enfants, porteurs d’une double culture, qui veulent se faire une place dans la société française.