Hier comme aujourd’hui, des hommes, des peuples partent. Que le chemin soit celui du déracinement ou de la terre promise, de la fuite ou de la quête, la vie est devenue celle de l’exil, parcours d’une multitude ou d’un homme seul à la recherche d’une terre plus accueillante.

A l’arrivée, et par-delà la dispersion, les membres d’une communauté se retrouvent et se souviennent. Entre oubli et transmission, l’identité est bousculée, la langue devient mémoire. Autour d’un présent commun ou d’un passé fondateur les réseaux et les échanges s’installent peu à peu ; les modèles culturels se transforment et bientôt les frontières s’apprivoisent. Le temps efface alors les nostalgies, et au déracinement répond l’enrichissement de l’altérité.

Au cœur de ces errances, bien des sons ont accompagné la marche, ceux des chants mille fois répétés et transmis, ceux des instruments parfois dissimulés au fond des bagages, trésors uniques et indissociables d’une mémoire orale qui se met en place. La musique est celle du souvenir, celle de la perte ou du voyage. Elle est aussi celle de la mutation et de la rencontre.

Entre le vieux continent et les nouveaux mondes, nos escales nous conduisent d’Alger à Paris, de Berlin à Bangkok, de Beyrouth à Dakar, de Mindelo à New York. Elles se nourrissent de mille parcours, ceux de Cesaria Evora ou de Roza Eskenazi, et de mille histoires : périples d’un accordéon voyageur, d’un blues asiatique, d’un tango polyglotte ou d’un klezmer réinventé. D’une rive à l’autre de la Méditerranée, nous croisons les mélopées arabo-andalouses, la poésie de Khalil Gibran et de Mahmoud Darwich ou les pas d’un Ulysse exilé.

Destins individuels au cœur des migrations contemporaines ou témoins privilégiés des grandes diasporas historiques, tous participent ici de ce voyage. Cette nouvelle édition du festival sera une halte pour ces musiques en partance.
(Source : site du Festival d’Ile de France)

Découvrez la programmation

Pour en savoir plus sur le festival.