La première table ronde, animée par Abdelatif Chaouite, rédacteur en chef de la revue Écarts d’identité, a ouvert la journée avec une session portant sur la Marche pour l’égalité et contre le racisme. Cette table ronde a réuni à la fois des chercheurs et des témoins de la région PACA. Cela a permis de mettre en avant, 30 ans après, l’histoire, les différents héritages et les perspectives de la Marche. Louisa Zanoun, responsable du pôle scientifique et culturel à Génériques, y a présenté le dernier numéro de la revue Migrance consacré à la Marche (N° 41).

La seconde table ronde, concernant les réseaux régionaux, et animée par Sarah Clément, déléguée générale à Génériques, a permis de montrer les différentes structurations des réseaux régionaux, leurs difficultés et leurs interrogations sur les financements de leurs activités et actions, au vu des restructurations des institutions et des lignes directrices des bailleurs. Dans un contexte de refondation de certaines politiques (de la ville, de l’intégration) et de restructurations de certains services ministériels, plusieurs animateurs de réseaux (RHMIT, RAHMI, Réseau Mémoires-Histoires d’Ile-de-France) ont mis en avant leurs inquiétudes pour les années à venir. Le croisement des différents réseaux régionaux est une nécessité mais les thématiques doivent également être croisées. Ces réseaux doivent aussi se rapprocher des réseaux d’éducation populaire, des musées régionaux, de l’éducation nationale, par exemple.

En début d’après-midi, l’historien Yvan Gastaut a présenté un certain nombre d’extraits d’émissions télévisées de 1983 pour montrer comment était abordée la question de l’immigration.

Animée par Hélène Hatzfeld (directrice du GIS IPAPIC), la troisième table ronde réunissait des institutions et associations nationales : le Musée de l’histoire de l’immigration (anciennement Cité nationale de l’histoire de l’immigration), le service de la Direction de l’accueil, de l’accompagnement des étrangers et de la nationalité (DAAEN, anciennement Direction de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté), l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSE) et Génériques. Cette table ronde a mis en avant les objectifs des politiques et des actions de ces structures. L’enjeu européen et au-delà, des pays d’émigration, du pourtour méditerranéen particulièrement, doit être pris en compte dans la réflexion à mener au niveau national.

Cette journée a rassemblé une quarantaine de personnes dans l’amphithéâtre des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, à Marseille, et se veut être un rendez-vous régulier pour ces différents acteurs. Elle pourrait être élargie dans le futur à un public plus large, notamment des acteurs et porteurs de projets.