Au début des années 70, l’opinion française s\’est émue d’un fait divers tragique, la mort par asphyxie de cinq travailleurs africains dans la nuit du 1er au 2 janvier 1970 dans un foyer d’Aubervilliers, situé 27 rue des Postes.

Pour faire face aux rudesses de l’hiver et pallier la défaillance chronique du chauffage central, une cinquantaine de travailleurs africains, hébergés dans ce foyer, décidèrent de faire un feu de bois, rassemblant bûches et branchages qu\’ils empilèrent sous un couvercle de lessiveuse. Ce poêle de fortune leur permit de passer la soirée sans souffrir du froid. Par malheur, lorsque tous les locataires furent endormis et que le bois eût fini de brûler, la braise dégagea de si fortes émanations de monoxyde de carbone, qu\’au matin on constata la mort par asphyxie de quatre Sénégalais et d’un Mauritanien occupant l’une des pièces les plus calfeutrées du foyer, sans aération et aux fenêtres hermétiquement closes.

Sensibilisée par le drame d’Aubervilliers, l’opinion publique prit conscience du rôle essentiel de l’immigration dans les circuits économiques et fut choquée par les circonstances du drame. Une polémique s’engagea au sujet des conditions d’accueil réservées aux travailleurs immigrés.
Les obsèques des cinq travailleurs africains se déroulèrent le 10 janvier à Paris dans un climat tendu. Des personnalités de premier plan assistèrent à la cérémonie comme l’écrivain algérien Kateb Yacine ou Jean•Paul Sartre, ainsi que Michel Rocard, alors secrétaire national du PSU. Les prises de parole se succédèrent, la plus remarquée étant celle d’un militant Noir du foyer d’Ivry qui lança un appel à la lutte contre l’injustice faite à ses frères. Le même jour, à l’appel de la CGT, de la CFDT, du PSU et de différents partis d’extrême gauche, environ 150 manifestants occupèrent les locaux du Comité national du patronat français (CNPF), en guise de protestation contre les « exploiteurs capitalistes des travailleurs du tiers-monde ».

Ils s’appelaient Sow Bocar Thialel, Kamara Semba Hamady, Kamara Hamadi, Konte Allouli et Kamara Amara Sidi.

Repères :
Colloque – Etranges étrangers
9-10 janvier 2010

+33 (0) 1 48 39 52 21
Programme
Programme de l’hommage à Saïd Bouziri