Le camp Joffre, plus communément appelé camp de Rivesaltes, construit en 1938 a été un lieu d’internement de populations très diverses jusqu’à la fin des années 1960. Il servit pour les troupes coloniales, les Espagnols fuyant le franquisme, les juifs, les tsiganes, les soldats vaincus, les collaborateurs, les Harkis ou encore les étrangers en situation irrégulière. Ce mémorial est un lieu rassemblant des mémoires diverses qui pousse à la réflexion sur l’internement et met en lumière un pan longtemps oublié de l’histoire française.

Retrouvez la notice consacrée au camp de Rivesaltes dans le dictionnaire historique de l’immigration.

Par ailleurs, un ouvrage des historiens Nicolas Lebourg et Abderahmen Moumen s’intéresse à l’histoire de ce camp. Rivesaltes le camp de la France, de 1939 à nos jours, revient sur l’histoire de ce lieu aux occupations multiples et sur les mémoires qui s’y rattachent. Les auteurs visent ainsi à redonner à ce lieu, qualifié de « camp de la France », la réalité de son histoire au delà de la confusion de ses multiples mémoires.

Illustration: Camp de Rivesaltes. Morell Caproig. 11 septembre 2011. Creative commons BY-NC-SA 2.0