Ces journées d’études partent d’une rencontre entre les questions d’un musée et celles d’associations. Le musée d’Histoire de Marseille, tout récemment rouvert sur le site archéologique du port fondateur, présente 2 600 ans d’histoire maritime et portuaire de la ville. Le parcours muséographique donne à voir la complexité de cette ville singulière et plurielle par son commerce, ses industries de produits coloniaux, ses migrants. Mais, au-delà des images médiatisées, comment inscrire l’histoire ordinaire des gens d’aujourd’hui dans le passé bien documenté de la ville-monde ? Quelle place pour les témoignages, les souvenirs, les archives qui rappellent l’existence de quartiers, de bidonvilles et d’usines disparus ?

Une maquette de l’îlot Pasteur restitue un habitat singulier de l’Estaque à l’image d’un village d’inspiration maghrébine. Auto-construit dans les années 1950 par des chefs de familles dont un grand nombre travaillaient aux tuileries de Marseille, cet ilôt d’habitation a fait l’objet d’une opération de résorption d’habitat insalubre en 1997. Cette maquette a été réalisée par une association d’architectes, « Face à Face », architecture et urbanisme de proximité, avant la destruction du village, selon une démarche participative menée avec les habitants. En 2008, elle est accueillie à l’école élémentaire de l’Estaque-Gare et devient support d’animations pédagogiques et de sensibilisation des élèves à l’histoire et la mémoire des quartiers. Soucieux de sa conservation à long terme, en 2012, le directeur de l’école interpelle le musée d’Histoire de Marseille et en 2013 la remet au centre social de l’Estaque-Séon où elle est actuellement exposée. De quelles représentations témoignent cette maquette et ce projet ? Quel rapprochement peut être établi avec le projet de « village kabyle » fait au début du XXe siècle par la Chambre de Commerce de Marseille ? Cette maquette est-elle un objet digne d’être patrimonialisé ? Comment garantir sa préservation pour transmission aux générations futures ?

Autres formes de valorisation des patrimoines, les balades urbaines se sont multipliées pendant l’année Marseille-Provence, capitale de la culture : conduites par des habitants ou mettant en scène témoignages et récits de vie, quel rapport au territoire et aux institutions patrimoniales instaurent-elles ?

Ces questions rejoignent celles que le Groupement d’intérêt scientifique « Institutions patrimoniales et pratiques interculturelles » développe depuis 2011, en croisant les points de vue de conservateurs de musées, archivistes, bibliothécaires, chercheurs et responsables associatifs. Ce sont ces questions que les Journées d’étude des 17 et 18 avril proposent de débattre.

>> Découvrez le programme détaillé des journées

Informations pratiques
Musée d’histoire de Marseille
2 Rue Henri Barbusse, 13001 Marseille
Participation libre sur inscription à:
claudiobroitman[at]gmail.com helene.hatzfeld[at]culture.gouv.fr

 

Crédit photo: F. Laffont-Feraus. Licence CC BY-SA 3.0