Quel peut être le point commun entre des Kalmouks, des Kazakhs et des Tibétains français ? Leur physionomie rappelant la Haute Asie ? Une origine remontant à la Chine occidentale, celle que les autorités chinoises appellent aujourd’hui Xinjiang et Xizang, deux provinces à l’autonomie très mesurée ? Pour mieux appréhender leur présence sur le sol européen, ce livre se propose d’analyser l’ethnogenèse de ces trois peuples, leur Histoire et leurs histoires compliquées, imbriquées.

Car, a priori, beaucoup les séparent, à commencer par leur religion, bouddhisme lamaïste pour les Kalmouks et les Tibétains, islam sunnite pour les Kazakhs. En réalité, leurs trajectoires migratoires sont compliquées, souvent dramatiques, faites d’exodes, de privations, de massacres, de guerres et de fuites au travers des steppes, des déserts et des montagnes.

Leurs statuts de peuples libres devenus réfugiés, parfois précaires, montrent bien des similitudes. Ils ont traversé conflits (dont deux mondiaux) ou invasions, leurs pères, souvent nomades, ont souvent eux-mêmes participé à des conflits violents. Leur petit nombre en France en fait des immigrés discrets et sans histoires, ils ont connu la précarité, les ateliers de confection, l’indifférence ou l’hostilité.

Leur volonté de survivre, leur volonté de transmettre une personnalité propre à leurs enfants en font des migrants bien spécifiques qui pourtant ressemblent à bien d’autres, tout autour de la planète, depuis des millénaires.

Cette étude est née d’un appel d’offres de l’ancien Fonds d’action sociale (FAS), aujourd’hui intégré dans l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances, à propos de migrations nouvelles pouvant se profiler à l’horizon des frontières françaises. En quelque sorte, elle est intervenue trop tôt, la dissolution de l’URSS est venue modifier la donne en faisant renaître un Kazakhstan indépendant et une Kalmoukie plus autonome tout en entrouvrant les frontières sino-russes.

Pour mieux appréhender leur présence sur le sol européen, ce livre se propose d’analyser l’ethnogenèse de ces trois peuples, leur Histoire et leurs histoires compliquées, imbriquées. Sont également analysées leurs appartenances multiples, variables dans l’espace et dans le temps mais avec des constantes, des résistances, des entêtements, des tentatives de sauvetage identitaire et des résignations assimilatrices. Cette analyse est à la fois externe, vue d’en-haut, et interne, vue de l’intérieur grâce aux enquêtes de terrain.

Les auteurs :

Stéphane DE TAPIA Géographe, Stéphane de Tapia est Directeur de recherche au CNRS, chargé de cours au Département d’études turques de l’université Marc Bloch de Strasbourg. Il est spécialiste des migrations dans l’aire turcophone.

Samim AKGÖNÜL Historien et politologue. Samim Akgönül est Maître de conférence à l’université Marc Bloch de Strasbourg. Il travaille plus particulièrement sur les minorités religieuses et les populations des migrations.

Site web éditeur