La Journée des peuples noirs et la FETRANI

Le 5 janvier 1992, la Fédération des travailleurs d'Afrique noire (FETAF) organise la Journée des peuples noirs, sous le haut patronage de l’UNESCO et des Associations d’Afrique en France, au Foyer international d'accueil de Paris (FIAP)* à Paris. L’illustration de l’affiche, qui représente un poing fermé au cœur du continent africain, symbolise la  lutte pour la démocratie. La journée est articulée autour d’activités comme la littérature, la sculpture, la peinture, le débat ou encore la couture et la coiffure.

Cette journée est lancée en 1972 par le docteur Eric Williams, chef du gouvernement de Trinité-et-Tobago de 1956 à 1981 et président de la Société africaine de culture (SAC). L’objectif est d’instaurer une journée symbolique le premier dimanche de l’année afin de créer un espace d’expression pour les communautés noires dans différents pays, dont la France. En 1978, une résolution reconnaissant l’institution d’une Journée annuelle des peuples noirs est adoptée lors de la 20e conférence générale de l’UNESCO. En 1997, la proclamation de la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition (23 août) fait référence à cette résolution de 1978. Ce nouveau rendez-vous international semble ainsi succéder à la Journée des peuples noirs.

La FETAF, qui organise cet événement en janvier 1992, est issue de la scission de la Fédération des travailleurs d'Afrique noire immigrés (FETRANI) dans les années 1980. La FETRANI est créée suite au drame du foyer d’Aubervilliers qui coûte la vie à cinq travailleurs africains le 1er janvier 1970. L’objectif de la FETRANI est de regrouper les immigrés d’Afrique noire engagés dans des associations possédant une forte identité nationale ou régionale africaine. À partir de 1977, la FETRANI devient membre de la Maison des travailleurs immigrés (MTI) et participe, en 1983-1984, à la création du Conseil des associations d’immigrés en France (CAIF). La FETRANI est aussi à l’origine de la création d’associations de femmes africaines comme le Centre d’échanges et de rencontres des femmes africaines (CERFA) en 1981 et la Rencontre internationale des femmes noires (RIFEN) en 1985.

*Association créée en 1962 ayant pour vocation de participer à la construction d’une Europe ouverte sur le monde, lutter contre le racisme et favoriser les échanges culturels entre jeunes du monde entier.

En savoir plus:

- Mohsen Dridi, L’immigration de A à Z, Paris, Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives, 2007, 440 p.
- Historique de la SAC
- Résolution de l’UNESCO de 1997