Peu de temps après le traité de Maastricht et avant que des étrangers, Européens, puissent voter dans leur pays de résidence, en janvier 1993 paraissait le 1er numéro de « La lettre de la citoyenneté » et l’éditorial portait sur les cnséquences du traité. La première page du numéro 2 titrait d’ailleurs « Maastricht et après ? ». Seize ans et demi plus tard, « La lettre de la citoyenneté » revisite ses 99 premiers numéros en relevant les évolutions dans ses champs de préoccupations, le droit de vote des résidents étrangers et l’accès à la nationalité…