La semaine européenne du patrimoine des migrations ou (“European Migration Heritage Week”), à l’initiative du Centre de Documentation sur les Migrations Humaines (CDMH – Luxembourg), était une manifestation annuelle tenant lieu de vitrine de l’Itinéraire Européen du Patrimoine des Migrations (“European Migration Heritage Route”). Ce dernier regroupait un réseau de structures européennes investies dans le champ du patrimoine des migrations. C’est en 2004, à l’issue d’une réunion de l’Association of European Migration Institutions (AEMI – Suède), qui rassemble les membres de ce réseau, que l’itinéraire a obtenu le label « Itinéraire culturel européen » du Conseil de l’Europe. Cette semaine consacrée au patrimoine des migrations a été lancée à la même occasion. Elle bénéficie de ce fait de l’appui logistique de l’Institut européen des Itinéraires culturels, lui-même placé sous les auspices du Conseil de l’Europe. Concrètement, cette manifestation a consisté à proposer des supports de communication communs présentant la programmation des structures membres de l’Itinéraire du patrimoine des migrations, chaque première semaine d’octobre, de 2004 à 2007. La période choisie correspond à la fois au moment de la réunion annuelle de l’AEMI et succède aux journées européennes du patrimoine – qui ont lieu chaque second week-end de septembre – dans l’intention de mettre en lumière le patrimoine de l’immigration auprès du grand public. Cette quatrième édition dont l’affiche présentée est tirée s’est toutefois distinguée à travers quelques événements marquants comme l’organisation d’une représentation théâtrale sur le thème de l’émigration par le Musée de l’émigration de Saint-Marin ou la mise en place d’une plateforme numérique interactive autour de dix lieux liés aux migrations par l’État fédéral allemand de Rhénanie-du-Nord–Westphalie. L’Itinéraire du patrimoine des migrations étant en difficulté d’un point de vue organisationnel, la manifestation n’a pas perduré après 2007. La forme d’organisation des itinéraires imposée par le Conseil de l’Europe n’étant plus en adéquation avec les acteurs de l’Itinéraire Culturel Européen du Patrimoine des Migrations, ce dernier a cessé d’être labellisé en 2011. Toutefois, les membres de ce réseau n’ont jamais mis fin à leurs relations. Ils continuent en effet à œuvrer à la transmission du patrimoine lié aux migrations à l’échelle européenne et portent la volonté de développer des projets communs. Par ailleurs, l’association Génériques demeure active sur le volet des itinéraires culturels européens. Elle est, à ce titre, l’un des membres fondateurs de la Fédération Française des Itinéraires Culturelles Européens (FFICE) qui réunit douze itinéraires, ayant des points d’ancrage en France et reconnus ou non par le Conseil de l’Europe et poursuit son travail sur les lieux de mémoire et d’histoire de l’immigration.