L’affaire Cesare Battisti

Cette affiche, représentant une série de dessins d’humoristes (Tardi, Charb, David B., etc.), a été réalisée en 2004 à l’occasion de l’ « affaire Battisti », à la suite de la décision d’extradition de ce dernier vers l’Italie. Réalisée par le Comité de soutien aux réfugiés italiens, elle exprime une solidarité plus générale envers l’ensemble des réfugiés italiens en France, nombreux au cours des années 1980 marquées par des luttes politiques violentes.

Cesare Battisti, ancien responsable du groupuscule des « Prolétaires armés pour le communisme » (PAC) en Italie, a été arrêté dans son pays en 1979. Condamné à douze ans de prison, il s’évade en 1981. Après un passage par le Mexique, il trouve refuge en France en 1990. Un an après son installation dans l’Hexagone, il est arrêté à la demande de l’Italie mais la cour d’appel de Paris rejette la demande d’extradition. En 1993, il est de nouveau condamné par contumace à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres commis en 1978 et 1979, crimes dont il se dit innocent.

Suite à une nouvelle demande de l’Italie, Cesare Battisti, devenu écrivain de romans policiers et détenteur de la carte de séjour de dix ans, est arrêté le 10 février 2004 à Paris pour être extradé. Cette affaire suscite une vive polémique en Italie et en France. L’ancien militant reçoit alors le soutien d’une partie de la gauche et l’extrême gauche française : la romancière Fred Vargas, l’Abbé Pierre, le philosophe Bernard-Henri Lévy ou encore le chanteur Georges Moustaki. La même année, il prendra la fuite pour se réfugier au Brésil où il sera arrêté en 2007 avant d’être libéré en 2011.