À l’heure où l’on parle beaucoup d’immigration choisie, et de chasse au clandestin, ce volume, rédigé par une équipe d’universitaires, rappelle que ni ces débats ni ces idées ne sont neufs.

La première partie évoque la genèse des systèmes de sélection des candidats à l’entrée élaborés par l’Allemagne, le Brésil, mais aussi les Etats-Unis ou l’Australie à partir de la fin du XIXe siècle. Le second volet de l’ouvrage, traitant du cas français, analyse les pratiques mises en place durant les années trente par une troisième république confrontée à la crise, qui cherche à « diminuer le nombre des travailleurs en surnombre dans l’économie nationale » et distingue les immigrés désirables de ceux qui ne l’étaient pas. Combinant analyse des dispositifs réglementaires, étude des dossiers individuels et approches statistiques, l’entreprise s’inscrit dans le cadre d’une histoire sociale attentive, tant au poids des contraintes sociales et économiques, qu’aux effets du jeu des acteurs.
À l’heure où l’on parle beaucoup d’immigration choisie, et de chasse au clandestin, ce volume, rédigé par une équipe d’universitaires, rappelle que ni ces débats ni ces idées ne sont neufs.

L’auteur :
Philippe Rygiel, Maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’Université Paris I et Équipe Réseaux-Savoirs-Territoires (École Normale Supérieure).