Le comité de coordination des foyers Sonacotra en grève

Cette affiche a été produite par le comité de coordination des foyers Sonacotra en grève pour illustrer le rapport de force à mettre en place dans le cadre du conflit qui s'est déroulé dans les années 1970.

En effet, dès 1975, des résidents de foyers franciliens refusent de payer leur loyer devant les hausses successives dans les foyers Sonacotra (+30% sur le montant du loyer en janvier 1975). Ce mouvement s'étend et des « grèves des loyers » ont lieu dans toute la France entre 1975 et le début des années 1980 mobilisant environ 20 000 résidents.

Une coordination nationale est mise en place pour relayer les revendication des grévistes qui dénoncent les hausses des prix, les règlements quasi-militaires ainsi que l’attitude des propriétaires et des « gérants  racistes ». Ainsi cette affiche appelle à refuser la négociation individuelle de chaque foyer pour préférer une approche de négociation collective à travers le comité de coordination des foyers Sonacotra en grève. Pour illustrer ce propos, ce que l'on devine être un gérant de foyer, représenté sous les traits d'un notable portant un chapeau haut de forme, est en position dominante face à un petit immeuble (le foyer) installé sur la chaise en face de lui. Ce même personnage est toutefois submergé par de grands immeubles unis, débordant de silhouettes brandissant leurs bras et des drapeaux.

Devant l’ampleur de la mobilisation et la détermination des comités de coordination, les autorités utilisent tant l’arsenal législatif que la force pour mettre fin au mouvement. C’est ainsi que de nombreux résidents délégués sont expulsés de France vers leur pays d’origine, ce qui ne fait qu’accroître les tensions et la mobilisation. Grâce à cette mobilisation, la Sonacotra finira par accorder aux travailleurs des droits autrefois interdits dont le droit de visite, le droit de réunion et la participation des travailleurs à la gestion des foyers.

En savoir plus:

Exposition virtuelle “Les foyers de travailleurs migrants en France, 1945-1995″