Fils d’ouvriers immigrés, Georges Valero a grandi dans la banlieue populaire de Lyon. Engagé très tôt dans une gauche révolutionnaire, il est initié lors de ses années d’adolescence aux divers aspects d’une culture qu’il a perçue comme émancipatrice: musique, theatre, cinema, literature. Soldat en Algérie, il se lance clandestinement dans la redaction d’un roman antimilitariste.

L’écriture devient alors un moment essentiel de son existence, tout comme un militantisme confronté aux soubresauts de l’histoire dans la deuxième moitié du XXe siècle : les lutes anticoloniales, le communisme, Mai 1968, le syndicalisme autogestionnaire, l’anarchie. Par la vie de ce personage, qui a choisi de continuer à travailler de nuit dans un centre de tri postal à un moment où nombre de militants devenaient permanents, c’est toute une generation qui peut être ainsi appréhendée, une génération qui a construit le monde dans lequel nous visons et pour laquelle les Trente Glorieuse ont d’abord été une épreuve.

Les auteurs :

Christian ChevandierMaître de conferences en histoire contemporaine à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne et chercheur au centre d’histoire sociale du XXe siècle (Cnrs/Paris I), est spécialiste de l’histoire du travail, des milieux populaires et des mouvements sociaux.

+33 (0) 1 48 57 68 16
Site web éditeur