L'immigration à Besançon

En 1986, du 24 mai au 1er juin, est organisé au Parc des expositions de Besançon, le festival d'art et de culture Carrefour des cultures, qui promeut la diversité culturelle sur le territoire franc-comptois. L'intitulé du festival rappelle que la ville de Besançon a été et demeure une ville de circulations, d'hommes et de cultures.

L'association régionale ressources échanges théâtre et éducation (ARETE) est à l'initiative de cette rencontre. Elle travaille à la promotion, au soutien et à l'intégration des populations exclues et notamment celles issues de l'immigration en privilégiant les échanges interculturels, le théâtre, l'expression artistique et diverses formes d'éducation. A ses côtés pour l'organisation du festival, l'association Formation, réflexion, animation pour le travail et l'éducation (FRATE) qui œuvre dans le domaine de l'aide à la recherche d'emploi et l'accompagnement à l'orientation professionnelle.

La diversité du territoire de la Franche-Comté s'explique historiquement par les diverses vagues migratoires qui ont permis la circulation de nombreuses cultures, langues et traditions, ayant influencées les cultures locales.  Qu'il s'agisse des migrations régionales lors de la Première Guerre mondiale, de l'arrivée des Italiens, des Suisses, des Juifs d'Allemagne et d'Europe Centrale ou encore des Républicains espagnols durant l’entre-deux-guerres ou de l'arrivée de main-d’œuvre d'Afrique du Nord, d'Espagne et du Portugal durant les Trente Glorieuses, toutes ces communautés ont marqués durablement la ville de Besançon et ses environs.

Cette affiche témoigne des initiatives mises en place à Besançon pour la promotion de cette diversité culturelle. Les premières initiatives à destination des populations immigrées sont essentiellement portées par des associations d'accompagnement des primo-arrivants dans leur démarche d'installation à Besançon. C'est le cas de l'association Accueil des travailleurs étrangers et migrants (AATEM) créée en 1952.

Dans les années 1980, les associations d'immigrés et de promotion des cultures immigrés connaissent une forte hausse, notamment avec la loi qui offre une totale liberté d'association pour les résidents étrangers. Ces associations peuvent être perçues comme des « passeurs de culture » de part leur situation d’intermédiaire entre le pays d’origine et le pays d’accueil. Elles sont au premier plan de la promotion de l’inter-culturalisme à travers la langue, la musique, les pratiques culinaires ou religieuses.

Dans cette logique, le festival de 1986 reflète cette volonté affirmée de revendiquer une culture et une histoire plurielles du territoire franc-comptois et de se positionner comme un trait-d'union entre les différentes cultures.

Rapidement la nécessité de conserver une trace de l'immigration dans la région et d'écrire l'histoire d'une Besançon plurielle émerge. Ainsi en 2007, le site collaboratif « Migrations à Besançon », initiative du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) de la Ville de Besançon, est créé. Création collective, cette plate-forme web est enrichie par la participation des habitants de Besançon qui apportent librement leurs témoignages et leurs récits. Le but annoncé par le site est de «Rassembler et construire un ensemble de connaissances, témoigner des parcours individuels et les ancrer dans l’histoire collective, restituer la complexité des faits loin des fantasmes et des idées reçues, apporter une profondeur historique à la compréhension du présent : l’histoire des migrations à Besançon est à écrire et nous l’écrivons ensemble.»

En savoir plus

- Plateforme web Migrations à Besançon

- Histoire de l'immigation à Besançon