Au cours du premier XIXe siècle, au temps de la Révolution industrielle, des milliers d’ouvriers britanniques arrivent en France. Ouvriers qualifiés, ils viennent vendre un savoir-faire demandé de ce côté de la Manche : des tullistes et dentelliers du Nottinghamshire s’installent dans la région de Calais ; des ouvriers du lin venus d’Ecosse et d’Ulster choisissent la Picardie, la Normandie et la Bretagne ; les puddlers – ouvriers de la fonte – quittent le pays de Galles pour travailler dans les forges. Dans les années 1840, des milliers de terrassiers, de maçons, de mécaniciens des chemins de fer viennent participer à la construction ferroviaire, comme pour la ligne Paris-Rouen-Le Havre, la première à relier Paris à la mer.

Pionniers des migrations de masse de l’ère industrielle, leur histoire reste encore mal connue. Combien étaient-ils ? Quels itinéraires ont-ils empruntés, depuis les îles Britanniques ? Pour qui travaillaient-ils et dans quelles conditions ? La conférence interrogera également leurs activités associatives, syndicales et politiques, leurs relations avec les populations locales et les « transferts » culturels qui peuvent leur être attribués. En s’appuyant sur des sources variées – rapports parlementaires, enquêtes industrielles, archives locales et d’entreprise, correspondances consulaires, presse, autobiographies – la conférence dessinera les contours d’une migration pionnière et réfléchira à leur postérité dans l’histoire de l’immigration en France.

Repères
Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Auditorium Philippe Dewitte
Cité nationale de l’histoire de l’immigration
293 avenue Daumesnil
75012 Paris

Contact : conferences[a]histoire-immigration.fr
Les soirs de conférence, la médiathèque et la librairie restent ouvertes jusqu’à 18h30