Le Musée de l’histoire de l’immigration organise le 19 novembre une conférence d’Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8 et IDHE) sur le thème de la « science pour l’Afrique. Panafricanisme, africanisme et négritude au XXe siècle.

L’idée de l’Afrique comme entité culturelle monolithique est-elle une invention coloniale ? Dans quelle mesure la « bibliothèque coloniale », c’est-à-dire l’ensemble des savoirs pratiques et théoriques mobilisés par les pouvoirs coloniaux pour tenter de contrôler les sociétés africaines, a-t-elle modelé les représentations contemporaines de l’Afrique ? De nombreux travaux se sont attachés à répondre à ces questions dans les vingt dernières années. Ils ont tout à la fois souligné l’importance des enjeux scientifiques dans les pratiques coloniales et leur complexité. Le projet colonial, définir « une science pour l’Afrique », était parcouru de contradictions et tiraillé entre des acteurs de statut inégal et poursuivant des objectifs divergents. Les intellectuels africains-américains et caribéens à la recherche de la part africaine de leurs identités réclamaient d’en prendre la direction et les sujets coloniaux recrutés en Afrique même comme auxiliaires scientifiques lui insufflaient leurs conceptions et leurs stratégies. Ainsi, en Afrique et hors d’Afrique, une histoire intellectuelle dense et mouvementée s’est jouée entre les pôles complémentaires du panafricanisme, de l’africanisme et de la négritude. Comment écrire cette histoire ? Qu’apporte-t-elle au débat sur la décolonisation des savoirs et des représentations dont les études postcoloniales ont bien montré qu’elle restait inachevée ?


Entrée libre sans réservation, dans la limite des places disponibles.
Musée de l’histoire de l’immigration – Palais de la Porte dorée
293 avenue Daumesnil
Auditorium Philippe Dewitte
75012 Paris
www.histoire-immigration.fr
Contact : conferences[a]histoire-immigration.fr