« Depuis 2004, l’ISCRA organise des rencontres publiques à Montpellier (Hérault) dont la ligne directrice est l’étude des risques de fractures urbaines, ethniques et sociales en France. Nous avons ainsi accueilli Françoise Lorcerie, Stéphane Beaud, Pascal Blanchard, Lise Gaignard, Sylvie Tissot… Nous proposons de revenir avec Saïd Bouamama sur les présupposés normatifs qui entourent la notion d’intégration, favorisent les processus discriminatoires au sein la société française et construisent de nouvelles dynamiques identitaires auprès des héritier(e)s de l’immigration.

Le concept d’« intégration » des immigrés et de leurs descendants repose, selon le socio-économiste Saïd Bouamama, sur des présupposés idéologiques empruntant fortement au modèle colonial de domination. Pour les « jeunes issus de l’immigration », « il se met en place un rapport « éducatif » ou « civilisateur », les injonctions d’ «invisibilité » et de « politesse » sont émises officiellement, les « visibilités » sont jugées ostentatoires et nécessitant des interventions étatiques fermes. Pour eux, la distinction permanente est faite entre la figure du héros positif (l’intégré) et le héros négatif (la racaille) (…) Alors que l’intégration au sens idéologique du terme interroge la société dite « d’accueil », l’usage idéologique du terme (y compris à gauche et à l’extrême gauche) oriente la réflexion vers la dimension culturaliste imputant aux premiers concernés (ou à leur culture, leur religion, leur héritage) la responsabilité de leur situation ». Quels sont les usages savants et politiques de la notion d’« intégration » ? Quel est son idéal-type ? Quels sont ses effets en terme d’égalité de traitement des Français construits comme « des sujets à intégrer » ? Comment interpréter les reformulations de la rhétorique publique en terme de diversité ou encore d’égalité des chances ?

La rencontre sera animée par Olivier NOEL (ISCRA-INED le discutant sera Madani MARZUK.

* Saïd Bouamama est socio-économiste, chercheur à l’Institut Formation Action Recherche (Lille). Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur le paradigme de l’Intégration, des problématiques du racisme et des discriminations, dont L’affaire du foulard islamique : production d’un racisme respectable (Ed Geai bleu, 2004).
* Madani Marzuk est militant associatif, depuis plus de 20 ans dans les quartiers populaires de Nîmes. Depuis juin 2006, Il est président de l’Association Mémoire en Images et en Sons (A.M .I.S structure qui possède une riche archive vidéo et photos sur les actions et luttes menées en banlieues.
* Olivier Noël, sociologue, responsable de l’Iscra-Méditerranée, est chercheur associé à l’INED (Unité Migrations Internationales et Minorités).

L’entrée sera gratuite dans la mesure des places disponibles.

Renseignements et inscriptions : publication@iscra.org
«