Étranger indésirable, pour un jour ou pour toujours, le Sans-papiers est un mythe qui participe aux fondements culturels d’une nation. Avec ses héros, ses luttes glorieuses et ses épisodes dramatiques, le mythe du Sans-papiers renvoie à des enjeux politiques, sociaux et symboliques fondamentaux : qu’est-ce que mener une vie à la fois ordinaire et non-officielle ? Comment le Sans-papiers et l’États s’accommodent-ils, chacun, du côté légal et de l’illégal, jusqu’à la régularisation, acte de quasi-transsubstantiation par lequel l’Etat transforme l’inconnu en connu, l’innommable en nomable, l’officieux en officiel ?

L’auteur
Smaïn Laacher est sociologue et chercheur au Centre d’études des mouvements sociaux (CNRS-EHESS). Il a été par ailleurs, de 1999 à 2008, juge représentatif pour le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à la Commission des recours des réfugiés puis à la Cour nationale du droit d’asile.