A l’occasion des 150 ans du rattachement de la ville à la France, cet ouvrage présente la diversité de la population de Nice, ville touristique et cosmopolite. Il étudie les différentes vagues d’immigration : main-d’oeuvre italienne, exilés russes, ottomans, arméniens, immigration maghrébine, etc., et souligne le risque que la montée du racisme fait courir à cette société cosmopolite.

L’histoire des sensibilités et des créations dans le monde au travers de villes ou de pays-symboles saisis à des moments charnières de bouillonnement ou de rupture.

Nice. Capitale du tourisme de luxe depuis la Belle Époque, quand l’aristocratie européenne en fît son lieu de villégiature privilégié, elle étonne par son cosmopolitisme, phénomène observable dans la composition de sa population, les formes de l’urbanisation et de l’architecture, les comportements sociaux et culturels, la gastronomie…

Si des têtes couronnées et des intellectuels inaugurèrent ce cosmopolitisme niçois, il fut bien vite nourri par l’arrivée de populations laborieuses : main-d’oeuvre italienne précaire, Russes blancs et Arméniens, exilés politiques proscrits par toutes les dictatures ; Juifs allemands fuyant l’Europe centrale et orientale… Puis, après la fin de la guerre d’Algérie, l’immigration maghrébine participa à son tour à ce brassage continu.

Cent cinquante ans après son rattachement à la France, la ville a su se donner un destin pluriel, riche de toutes les cultures et de toutes les époques qui ont bâti son image. L’expérience cosmopolite, marquée à Nice comme ailleurs par l’affirmation d’une diversité de formes de vie qui s’enrichissent mutuellement, s’insère dans un cosmopolitisme européen autant que méditerranéen.

Les auteurs :
Ralph Schor est agrégé et docteur d’Etat en histoire. Il est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Nice Sophia-Antipolis. Stéphane Mourlane est agrégé et docteur en histoire; l est maître de conférences à l’université de Provence (Aix-Marseille I). Yvan Gastaut est docteur en histoire, il est maître de conférences à l’université de Nice Sophia-Antipolis.