Une soirée unique de projections de scopitones maghrébins ouvre les portes d’un patrimoine musical peu connu. Cet ancêtre du clip a connu ses heures de gloire entre 1960 et 1980 : filmés en 16 ou 35 mm, puis en super-8, des artistes du monde entier ont chanté devant les caméras. Les chanteurs arabes et kabyles constituent une part importante du catalogue des scopitones.

Cette présentation fera découvrir au public les vedettes de cette période qui se sont produites en France et qui y sont parfois restées, comme : Kamal Hamadi, Noura, Slimane Azem, Les Abranis, Idir, etc.

Ces clips étaient visibles à l’époque grâce à une machine confectionnée par un bricoleur ingénieux qui, à partir du célèbre Juke-box, a voulu ajouter de l’image au son. Installées dans les cafés, ces machines ont donc diffusées les premières images de la chanson maghrébine de l’exil.

Le format de cette soirée permet de projeter un panel des plus beaux scopitones d’artistes maghrébins, avec la possibilité d’animer ce moment par un intervenant spécialiste des scopitones.

Kamani fil Telphon de Khlifi Ahmed Rabbi Adh issahel de Noura et Kamal Hamadi Latmena emra de Salah Sadaoui Lahla isid Khire de Abelwahab Mazouni Clichy de Mohamed Mazouni Athedjaladde de Les Abranis Madame encore à boire de Slimane Azem Zwits ruits de Idir Ach Dani de Salah Sadaoui et Kaci Tizi ouzou Zerdet couscous de Mohamed Jerrari Harlem Shuffle de Vigon Mazalni maak de Dahmane Harrachi

Soirée proposée par Génériques et Production Davis-Boyer.