Plein Droit, la revue du Gisti (groupe d’information et de soutien des immigrés), consacre son numéro de mars aux sans-papiers.

Durcissement croissant de la politique d’immigration, volonté affichée de « faire du chiffre » en matière de reconduites à la frontière au prix de violences inadmissibles, refus de procéder à toute régularisation de grande ampleur malgré le discours martelé sur la priorité donnée à l’immigration de travail : un tel contexte d’horizon bouché, de mépris et de répression ne pouvait laisser les sans-papiers silencieux. Seuls ou soutenus par des militants, sur leur lieu de travail ou dans les centres de rétention, ils font désormais entendre leur voix, la voix de ceux qui, installés sur le territoire, revendiquent de pouvoir y vivre dignement.

Sommaire:
Édito
• Emplois fermés : une ouverture timide

Dossier — Sans papiers, mais pas sans voix
• Sans papiers, mais pas sans voix
• Quand la solidarité tient tête à la répression
• Les pratiques de la Paf sur la sellette
• « Défendre les droits et témoigner », interview du Secrétaire général de la Cimade
• « À minuit, on a refusé d’être comptés »
• « Non à Edvige » : sursaut ou prise de conscience ?
• Derrière le sans-papiers on découvre le travailleur
• Les sans-papiers isolés de la Bourse

Jurisprudence
• Contentieux des visas de conjoints de Français : l’amour au ban public
(les décisions)

Hors-thème
• Les sans-papiers licenciés ont-ils des droits ?

Ont collaboré à ce numéro : Véronique Baudet-Caille, Emmanuel Blanchard, Violaine Carrère, Collectif de soutien aux sans-papiers de Rennes, Nathalie Ferré, Mireille Galano, Meryem Marzouki, Richard Moyon, Violaine Nicaud, Maryline Poulain, Serge Slama, Alexis Spire, Hélène Spoladore.
Dessins de Laura Genz et de Tardi