Le jardin d’agronomie tropicale, créé en 1899, accueille en 1907 l’exposition coloniale mettent en scène de véritables zoo humains. Pendant la Première Guerre mondiale, le site sert d’hôpital pour les troupes coloniales et heberge la première mosquée de France métropolitaine. Après celle-ci, plusieurs monuments aux morts y sont érigés, à la mémoire des troupes coloniales ayant combattu sur le territoire français.

Ainsi, à l’occasion du centenaire de la Première guerre mondiale et pour rendre hommage aux soldats coloniaux et étrangers, l’exposition « Portraits de l’Etranger. Figures de l’Autre dans la Grande Guerre » sera présentée au Jardin d’agronomie tropicale.

Cette exposition, à travers une riche iconographie et des documents d’archives (photographies, dessins, cartes postales, documents d’identité), retrace l’histoire de femmes et d’hommes venus du monde entier pour fuir le conflit, travailler ou combattre en France entre 1914 et 1918. Elle revient sur la rencontre entre les différentes populations, leur représentation dans l’imaginaire collectif, leur contribution à l’effort de guerre, sur les mesures de contrôle mises en place, sur les liens tissés entre les individus ou encore sur la sortie de guerre.

>> L’exposition « Portraits de l’Etranger. Figures de l’Autre dans la Grande Guerre » est toujours disponible à l’itinérance. Pour en savoir plus cliquez ici.

>> Découvrez les réflexions du Directeur de l’Association Génériques Amar Nafa autour de l’exposition sur Paris.fr