Il y a un an, de nombreux citoyens roumains et bulgares étaient brutalement expulsés de France car ils étaient Roms. Ces actes de violences se multiplient en Europe : en Hongrie, manifestations des milices d’extrême droite dans les villages où vivent de nombreux Roms, comme à Gyongyospata, les obligeant à fuir. En République Tchèque et en Hongrie, assassinats et crimes racistes. Dans de nombreux villages, les Roms sont séparés du reste de la population par des murs construits à cet effet par les autorités locales, comme à Tarlungeni ou Baia Mare en Roumanie, Michalovce, Košice, Prešov ou Svinia en Slovaquie, Sliven en Bulgarie,… En Serbie, Croatie, Moldavie, France et Turquie, on assiste à de violentes discriminations raciales dans tous les secteurs de la vie. Retours forcés au Kosovo et expulsions d’Allemagne, du Danemark et de Suède, etc. Cette funeste liste pourrait s’allonger indéfiniment si bien que les sentiments de fatalité et d’impuissance, voire de normalité de la violence subie l’emportent parfois, même chez certains d’entre nous.

Ces sentiments sont similaires à ceux qui avaient gagné les membres de la communauté gay américaine jusqu’à la fin des années soixante. Ils s’étaient habitués aux représentations dégradantes, à la condition de marginalité, à ne pas jouir des mêmes droits que les autres citoyens et à subir régulièrement des violences, individuelles comme policières, simplement parce qu’ils étaient gays. Le 29 juin 1969, suite à la descente policière du jour au Stonewall Inn, petit bar gay du quartier de Greenwich Village à New York, une poignée d’habitués, rejoints par quelques habitants du quartier, ont décidé de dire « Assez ! ». Après quatre jours de confrontations avec la police, quelque deux milles personnes ont organisé une marche dans les rues de la Ville : la Gay Pride était née.

Un an après l’affirmation d’une politique anti-Roms délibérée en France, le samedi 1er octobre sera le « Stonewall rom européen » pour contrer les stéréotypes racistes, les discriminations raciales, la marginalisation forcée qui touchent les individus ou communautés roms.

Repères
Roma Pride
Samedi 1 octobre de 15:00 à 17:00
Paris, place du Panthéon et dans toute l’Europe