Synopsis
À la mort de son époux, Reyhan, jeune femme iranienne, refuse de suivre la tradition de lévirat qui lui impose de se marier avec son beau-frère. À l’encontre des volontés de sa belle famille, la jeune veuve prend le chemin de l’indépendance afin de subvenir aux besoins de ses deux filles. Elle décide, alors, de rouvrir le café routier tenu auparavant par son mari et d’assumer seule son destin.

Le film tire toute son intensité des rapports tumultueux entre Reyhan et l’homme qu’elle doit épouser. La montée en puissance de leurs désaccords, la chute du beau-frère victime de son éducation et enfin la lutte acharnée de l’héroïne installent, tout au long de l’histoire, une tension presque insoutenable. Le réalisateur nous peint le tableau d’une population rurale très précaire, sans jamais tomber dans la caricature.

Et c’est avec beaucoup de distance et de sensibilité que Café Transit nous montre le piège dans lequel les femmes iraniennes sont enfermées. Malgré quelques imperfections, Kambozia Partovi signe une œuvre très réussie qui a le mérite de remuer des sujets tabous et douloureux.

La projection-débat est organisée en collaboration avec la Région Île-de-France, le Centre internationale de culture populaire (CICP), la Ligue des femmes iraniennes pour la démocratie et le Réseau des lieux associatifs de création et de solidarité (Relacs).

Repères :
Projection-débat
autour de Café transit (2005)
de Kambozia Partovi
Association de culture berbère (ACB)
21 ter, rue de Voltaire
75011 PARIS
M° Rue des Boulets (ligne 9)
Extrait 1
Extrait 2
Extrait 3
+33 (0) 1 43 72 15 73
Contact