Pour mieux connaître cet apport exceptionnel des étrangers à l’histoire de notre pays, il manquait un ouvrage comme celui-ci. Un dictionnaire regroupant aussi bien des notices « collectives » (Ecole de Paris) que des notices « communautaires » (Congolais) et, surtout, une masse de notices individuelles, d’Abbas à Zulawski, (Andrzej). Il sera, à coup sûr, pour ses lecteurs une source éclairante et vivifiante de surprises, de découvertes, d’émotions.

La période choisie commence en 1789, avec la proclamation solennelle et inédite de la nation française comme principe de souveraineté, et va jusqu’à nos jours, avec Stéphane Hessel ou Marjane Satrapi. La notion « d’étranger » est prise ici au sens juridique du terme, pour éviter toute subjectivité : être né de statut étranger, en France ou hors de nos frontières, qu’on le soit resté ensuite (comme Pablo Picasso), qu’on ait obtenu sa naturalisation (comme Yves Montand), qu’on l’ait abandonnée (comme Igor Stravinsky) ou qu’on ait failli la perdre (comme Serge Gainsbourg). Les naturalisés de naissance, comme Georges Perec, ne figurent donc pas dans ce dictionnaire, non plus que les ressortissants des colonies ou des départements d’outre-mer.

Tous les secteurs d’activités sont représentés, de la littérature (Emile Zola) au sport (Raymond Kopa) en passant par le monde de l’entreprise (Carlos Ghosn) et de la création sous toutes ses formes. Les notices communautaires permettent de redonner toute leur place aux obscurs et aux sans-grade, qui jouèrent leur rôle dans l’édification de l’économie comme de la culture françaises, des mineurs polonais aux maçons portugais, des musiciens de bal musette aux chanteurs de raï. L’ouvrage, qui comprend 1 186 articles (1 112 notices individuelles, 22 notices collectives, 52 notices communautaires), est précédé d’une préface de Pascal Ory, son maître d’oeuvre.

Sous la direction de Pascal Ory, avec la collaboration de Marie-Claude Blanc-Chaléard
Parution : octobre 2013
Editeur : Robert Laffont
Langue : français
Prix : 30€
992 pages