Créé en 1938 pour accueillir les « étrangers indésirables », le camp Joffre, dit camp de Rivesaltes, va connaître plusieurs utilisations au cours de son existence et voir défiler en son sein des populations très diverses : troupes coloniales, Espagnols fuyant le franquisme, juifs, tsiganes, soldats vaincus, collaborateurs, Harkis, étrangers en situation irrégulière… Ce lieu de regroupement pour des personnes jugées marginales à leur époque, et devant être ainsi privées de leur liberté de mouvement, va accumuler des mémoires diverses au cours de ses sept décennies de fonctionnement.

L’ouvrage de Nicolas Lebourg et Abderahmen Moumen vise ainsi à redonner à ce lieu, qualifié de « camp de la France », la réalité de son histoire au delà de la confusion de ses multiples mémoires.

Nicolas Lebourg, Abderahmen Moumen, Rivesaltes, le camp de la France de 1939 à nos jours, col.lecio Historia, Trabucaire, 2015, 15€