Dans la poursuite de ce rapport, le gouvernement a mis en place cinq groupes de travail thématiques afin de faire participer des représentants de la société civile, les services de l’État et des collectivités territoriales à la refondation de la politique d’intégration.

Ces groupes s’intitulent « Connaissance, reconnaissance », « Faire société », « Habitat », « Mobilités sociales » et « Protection sociale ».

À la fois acteur de premier plan de la préservation et de la valorisation de la mémoire de l’immigration, et acteur de terrain, Génériques a été convié à participer au groupe de travail « Connaissance, reconnaissance ».

Ce groupe de travail, présidé par Murielle Maffessoli, directrice de l’observatoire régional de l’intégration et de la ville à Strasbourg, et Chantal Lamarre, directrice de Culture commune, scène nationale du bassin minier du Pas de Calais, rassemble des chercheurs ainsi que des représentants d’institutions culturelles, de médias et d’associations.

L’ensemble des groupes rendra ses conclusions à la fin du mois de septembre. À partir de ces travaux, le gouvernement « arrêtera une stratégie pluriannuelle pour une politique d’intégration renouvelée ».

Les services du Premier ministre rappellent que cette refondation s\’appuiera sur quatre principes :
« – une distinction claire entre politique d’immigration, politique d’accueil et politique d’intégration ;
– un changement de regard sur les personnes immigrées et leurs descendants ;
– une approche interministérielle des questions d’intégration, qui doivent être intégrées à l’ensemble des volets de l’action publique (santé, social, emploi, culture, habitat, défense…), dans le sens de l’accès de tous au droit commun ;
– l’appui sur les associations de proximité, dont le réseau a été fortement fragilisé ces dernières années, et qui permettent de renforcer le lien social. »