Ayant pour but de restituer la campagne d’archives orales menée par Génériques depuis 2012, cette journée à permis de croiser les approches d’intervenants issus des milieux universitaire, associatif et institutionnel. Les échanges avec le public ont complété et enrichi les réflexions développées tout au long de cette journée.

Une première table-ronde à mis en exergue l’intérêt de cette campagne d’archives pour l’historien. Une analyse méthodologique a ainsi été effectuée sur la composition du corpus des témoins. La pluralité des origines nationales et géographiques, les différents moments de mobilisation et la forte présence féminine démontrent la diversité de ce panel d’individus. Ce moment a également permis de revenir sur les évènements (mobilisations, violences et crimes racistes) qui ont émaillé la période 1968-1988 et qui ont renforcé les actions pour l’égalité.

Le deuxième temps de la journée a été consacré aux témoins de la campagne. Cinq d’entre eux étaient présents : Daniel Duchemin, Maria Amaral, Alima Boumediene-Thiery, Geneviève Petauton et Vasco Martins. Des extraits de leur témoignage ont permis de revenir sur les moments clefs de leur parcours et des évènements ayant marqué la période. Leurs éclairages et les échanges avec la salle ont permis d’aborder les enjeux de la transmission des mémoires, au coeur du projet de cette campagne.

Enfin, le dernier temps de la journée a été consacré au travail des Archives Nationales, de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine et des Archives Départementales du Val-de-Marne qui sont partenaires sur ce projet. Les échanges se sont articulés autour de cette campagne d’archives orales et autour des étapes du traitement, de la conservation et de la valorisation.

L’intégralité des entretiens de la campagne est consultable sur rendez-vous au sein du centre ressources de Génériques.