Méconnu du grand public, le Scopitone a pourtant connu une épopée formidable au cours des années 1960-1980, particulièrement auprès du public maghrébin et moyen-oriental. Désigné aussi sous le nom de Juke-Box à image, de Ciné-Robot-Sonor, de Cinébox ou de Cinématic, cette machine à images et à musique, qui connut un vif succès dans les bars au cours des années 1960 avec la musique des “copains”, déclina vers 1969 avec l’augmentation des émissions musicales télévisées.

Une société de production française va alors offrir au Scopitone une seconde vie, en redéployant ses appareils en direction d’un nouveau public, celui des bars de l’immigration maghrébine. Le succès est fracassant et donne naissance à un nouveau catalogue musical riche de près de 300 titres ! Il constitue aujourd’hui un des rares témoignages de la culture musicale maghrébine des années 1970.

À l’occasion d’une rencontre, le samedi 13 mars 2010 au Palais de la Porte Dorée, l’association Génériques , en partenariat avec les Productions Davis Boyer, vous invite à découvrir ou re-découvrir ces “clips” emblématiques d’une époque où la liberté de ton laissait une large place à l’inventivité, la poésie et l’humour.

La rencontre sera animée par Naïma Yahi, commissaire de l’exposition “Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France” avec Alain Brunet, réalisateur et Jean-Charles Scagnetti de l’Université de Nice Sophia-Antipolis, auteur de l’ouvrage L’aventure scopitone (1957-1983), histoire des précurseurs du vidéoclip.

Repères :
Soirée Scopitone
Cité nationale de l’histoire de l’immigration
Palais de la Porte Dorée
293, avenue Daumesnil
75012 PARIS

+33 (0)1 49 28 57 76
Contact